commissaire d'exposition

Sasha Baydal

partenaires

Sasha Baydal (anciennement Pevak) s'identifie en tant que travailleur·euse de l’art interdépendant·e et Européen·ne de l’Est queer. 

 

Sa pratique s'enracine dans le déplacement, une certaine mémoire culturelle du passé socialiste et une perte de mémoire, dans l'histoire de sa famille soumise à diverses formes de mouvement forcé, ainsi que dans son expérience d'Européen·ne de l'Est vivant dans un pays 
« occidental ». 

 

Informée par les théories post-coloniales et queer et les approches dé-coloniales, c'est aussi une pratique quotidienne de remémoration, et de décolonisation. Iel a collaboré avec le Centre Pompidou à Paris, le HISK à Gand, le Mudam à Luxembourg, le Triangle-Astérides à Marseille, le Capc à Bordeaux, Lviv Municipal Art Center à Lviv et Pickle Bar de Slavs and Tatars à Berlin autour des expositions, programmes discursifs, performances, workshops et textes.

 

En 2021, iel a été lauréat·e de "Résidences Sur Mesure Plus+" de l'Institut français, et en 2022 – curateur·ice en résidence à Vilnius sur l'invitation de l'Institut culturel lituanien. En 2019, iel a été chercheur·e en résidence à l'Institut national d'histoire de l'art à Paris. Sasha Baydal a initié Curatorial hotline en 2020 et a cofondé le collectif Beyond the post-soviet en 2021.

 

En 2022-2023, en tant que bénéficiaire de la bourse de recherche curatoriale au Centre national des arts plastiques, iel a mené une recherche Janus à deux visages, qui a analysé la présence d'artistes lié·e·s aux ou issu·e·s des pays (post-)socialistes d'Europe, d'Asie Centrale et du Caucase du Sud dans la collection du Cnap à travers le prisme postcolonial.

lire aussi