exposition actualités

Photographies en bord de mer (Alger, 1962)

Camille Kaiser ● Commissariat : Claire Luna

Du 16 novembre au 20 décembre 2023 | Vernissage – Mercredi 15 novembre 2023, 18h/21h

Petite Galerie - Cité internationale des arts
partenaires

     

Les statues vivent encore
 

 

Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l'histoire.

 Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l'art.

Cette botanique de la mort, c'est ce que nous appelons la culture[1]

 

 

La première statue que les colons français plantent en Algérie (1845) allait être celle qui ouvrirait le chemin des convois du retour vers la France au moment de son indépendance (1962). Elle représente le duc d’Orléans, fils de Louis-Philippe, le dernier roi de France. C’est aussi comme ça qu’ils ont forcé la terre algérienne. Avec le bronze.

 

Mort dans un accident de la route à Neuilly-sur-Seine, le prince qui s’est illustré dans la conquête de l’Algérie trône ironiquement avec son cheval au milieu du rond-point. Le métal se conjugue encore au présent. Avant, il siégeait le cœur d’Alger, vigile de la place du Gouvernement et de sa mosquée. Comme des centaines d’autres[2], ce symbole idéologique de l’Algérie colonisée occupe l’espace public français[3].

 

À l’heure où la France commence à restituer les œuvres qu’elle a pillées dans ses colonies, Camille Kaiser s’intéresse à un mouvement inverse. Qu’en est-il des statues et des monuments avec lesquels le gouvernement français a violé le sol de l’autre côté de la Méditerranée ? Comment assène-t-on sa propriété avec ce que l’on appelle la culture ? Pouvoir doux, pouvoir dur.

 

Le film small gestures, grand gestures nous introduit dans les archives photographiques et audiovisuelles de la Défense à Ivry-sur-Seine (ECPAD). Cette valse muette des mains après une lente appréhension des lieux, raconte aussi les remparts de silence pour notre histoire. Avec pour seule voix, une bande son qui grince et gratte. Les visages responsables de ces déplacements sont en hors champs. Et, aussi petites qu’elles soient, les archives portent une violence qui peine à prendre la lumière.

 

D’autres gestes pourraient disloquer ce monde immobile[4] de métal et de pierre. Devenir une mémoire pour l’oubli[5]. Les statues peuvent mourir aussi.

- Claire Luna 

 


Camille Kaiser (Suisse) est en résidence à la Cité internationale des arts avec le soutien de la Fondation Simon I.Patiño

 

[1] Chris MARKER, Alain RESNAIS et Ghislain CLOQUET, Les statues meurent aussi, court-métrage documentaire, 1953.

Ce film est une commande de la revue Présence africaine. Partant de la question « Pourquoi l’art nègre se trouve-t-il au Musée de l'Homme alors que l’art grec ou égyptien se trouvent au Louvre ? », les réalisateurs dénoncent le manque de considération pour l'art africain dans un contexte de colonisation et relèvent le racisme manifeste derrière ces choix. En France, du fait de son point de vue anticolonialiste, le film reste interdit par la censure pendant onze ans.

[2] Sur le rapatriement des statues et monuments lors de l’indépendance d’Algérie, consulter :

- Lydia AMAROUCHE, Jeanne d’Arc en haïk, Trajectoires de la statuaire coloniale post-indépendance, in Habiter l’indépendance, Alger, conditions d’une architecture de l’occupation, ouvrage collectif, Collection Arpentages, Shed Publishing, 2022, pp.113-121.

- Alain AMATO, Monuments en exil, éditions de l’Atlanthrope, 1979. Et bien que nostalgique, cet inventaire n’en reste pas moins précieux.

[3] Sur la colonisation de et dans l’espace public français et algérien aujourd’hui, consulter :

- Françoise VERGÈS, Seumboy VRAINOM, De la violence coloniale dans l’espace public, Visite du triangle de la Porte Dorée à Paris, Shed Publishing, 2021.

- Ainsi que l’ouvrage collectif Habiter l’indépendance…, op. cit.

[4] Frantz FANON, Les Damnés de la terre, éditions Maspero, 1961.

[5] Mahmoud DARWICH, Une mémoire pour l’oubli, traduit par Farouk MARDAM-BEY et Yves GONZALEZ-QUIJANO, Actes sud, 1994.

informations pratiques

Accessible aux horaires suivants : 

Samedi 18 novembre 2023 : 16h00 à 19h00

Mercredi 29 novembre 2023 :  18h00 à 21h00

Mercredi 13 décembre 2023 : 18h00 à 21h00 

Samedi 16 décembre 2023 : 16h00 à 19h00 

Mercredi 20 décembre 2023 : 18h00 à 21h00

ou sur rdv