exposition

Stealing Earth

Karan Shrestha

Du 02 au 24 septembre 2022

Vitrine – Cité internationale des arts

Stealing Earth de Karan Shrestha aborde la notion de conservation de la nature en relation avec le déplacement forcé de peuples indigènes dans le but de créer des parcs nationaux. L’usage de la rhétorique de la conservation a permis aux plus riches et aux plus puissants de monopoliser la terre, la forêt et l’eau, tout en privant de leurs droits les communautés qui en dépendent depuis des siècles. 

 

Le parc national de Chitwan, première aire protégée du Népal, a été créé en 1973 après avoir longtemps été une destination populaire pour la chasse et le commerce au sein de la royauté népalaise et chez les colons britanniques. Ce parc naturel n'a cessé de s'étendre au fil des ans et est devenu le symbole de la protection de la biodiversité et du développement du tourisme. Mais il est également un lieu de vie et un moyen de subsistance pour les populations autochtones Bote, Majhi, Musahar, Kumal et Chepan.

 

En 2015, l’entrée en vigueur d’une nouvelle constitution a permis au gouvernement d’adopter une loi sur les zones protégées, dont la nature rappelle l'État monarchique autoritaire. Cette loi permet au gouvernement de délimiter des zones protégées et des zones tampons sur n'importe quel territoire, sans consulter les populations. Dans les faits, elle s’est traduite par des expulsions forcées, la perte de moyens de subsistance, des arrestations, de la torture et des agressions sexuelles perpétrées par les forces armées contre les communautés autochtones marginalisées.

 

Karan Shrestha (1985) est en résidence par le biais du programme “Cité x Institut français”.

 

informations pratiques

Visible tous les jours, de 10h à 19h

Entrée libre

 

lire aussi