arts visuels

Expand and Collapse

Badr Ali • Commissariat de Noam Alon

du 10 au 31 juillet 2019

Corridor - Cité internationale des arts
liens (1) partenaires

                            

L’exposition Expand and Collapse traduit une année d’expérimentation de Badr Ali. Ses dessins suggèrent des oscillations possibles entre observation, réaction et documentation. La pratique de l’artiste évoque le paradoxe inhérent à la tentative de capturer un mouvement tout en créant un objet statique. Cela se manifeste dans les collaborations de Badr Ali avec des danseurs, où il questionne les formes et les courbes que les corps génèrent en se mouvant dans l’espace. Afin d’affiner sa coordination entre ce que l’œil reçoit et l’action performative, une sorte de privation sensorielle a été mise en place. Celle-ci mène à une immersion mentale avec l’expérience vécue. Ainsi, le rythme de la danse se reflète dans les lignes et les touches picturales apposées à l’huile et au charbon par les gestes vifs de l’artiste.

 

La pratique de Badr Ali s’imprègne également d’une recherche approfondie sur les chefs-d’œuvre du XVIIIe siècle. Après une vaste expérience des techniques picturales de cette époque, l’artiste cherche désormais à exprimer les ressentis qu’elles ont générés en lui. Une décontextualisation des détails qui ont captivé son attention, est utilisée comme la base d’une nouvelle peinture “émancipée”. Cette action artistique fait écho à la distinction du plus grand philosophe de cette époque, Emmanuel Kant, qui affirmait que le beau est limité tandis que le sublime est sans limite. Le mental en présence du sublime, essayant d'imaginer ce qu'il ne peut imaginer, a de la peine dans l'échec mais aussi du plaisir à contempler l'immensité de la tentative (Critique de la faculté de juger).

 

Texte de Noam Alon écrit à l’occasion de l’exposition de Badr Ali : Expand and Collapse.

 

 

Badr Ali vit et travaille entre Londres (Royaume-Uni) et Djeddah (Arabie Saoudite). Il collabore pour cette exposition avec Noam Alon (Tel-Aviv, 1993), curateur indépendant, artiste de performance et critique d’art basé à Paris. Ce dernier poursuit un Master d’Esthétique à l’Université Paris 8.

 

Badr Ali (Etats-Unis) est en résidence à la Cité internationale des arts via le programme de la Fondation Al-Mansouria.

informations pratiques

Entrée libre, 14h-19h (lun-dim)

Vernissage - 9 juillet, 18h30

lire aussi