arts visuels

Eva Medin

liens (1)

ENTRETIEN

 

Une anecdote autour de votre résidence à la Cité internationale des arts, spécifique au Montmartre ?

 

"Vivre et travailler sur le site de Montmartre de la Cité internationale des arts est pour moi une expérience extraordinaire. Je créé des environnements immersif et suis extrêmement sensible aux atmosphères des lieux. 


Ici, il y a un grand effet de la nature sur les sens : les plantes, les oiseaux, la présence quotidienne de la lumière, me donnent l’impression d’habiter un paysage romantique du début du siècle. Cela stimule l’imaginaire et aide à trouver un état de justesse, essentiel à tout processus créatif, je crois."

 

 

Du projet que vous avez présenté à la Piscine Rouvet pour Nuit Blanche 2018 à la base sous-marine de Bordeaux où vous exposez en ce moment, comment la résidence à la Cité vous a aidé à construire vos projets ?

 

"La résidence à la Cité internationale des arts a été un véritable tremplin qui m’a permis de mettre en place des projets déterminant pour moi : Nuit Blanche 2018, ainsi qu’un projet à la Base sous-marine de Bordeaux que je mène actuellement. 

L’atelier que j’ai la chance d’occuper est spacieux et absolument adapté à mes recherches qui croisent la lumière, déplacement, théâtralité. 

L'atelier a d'ailleurs été un véritable laboratoire des pratiques et un espace de rencontres et d’échange. Il m’a permis de croiser ma réflexion avec le regard d’autres créateurs, comme le danseur et chorégraphe Calixto Netto avec qui nous avons collaboré lors de Nuit Blanche. 


Aujourd’hui, la Cité me donne la possibilité de développer dans des conditions idéales mon prochain film qui sera tourné à la base sous-marine de Bordeaux courant 2019."

 

 

 

 

BIOGRAPHIE

 

Plasticienne et vidéaste, Eva Medin développe un univers fictionnel empreint d’un regard critique et décalé sur son environnement. D’abord formée aux Beaux-Arts de Monaco, elle développe par le dessin une écriture de situations et d’espaces qu’elle va rapidement déplacer sur le champ chorégraphique. Explorant des questions liées à la posture, elle signe les scénographies de deux ballets contemporains, puis poursuit ses études aux Arts décoratifs de Paris, où elle s’approprie l’espace vidéographique et enrichit son langage de nouvelles expérimentations liées au cadrage, au son, et à la lumière. 

 

Au croisement des disciplines, Eva Medin s’empare des espaces où elle intervient. Elle y déploie des parcours et environnements immersifs qu’elle conçoit à la fois comme support d’expérience et de projection. Ses œuvres s’élaborent et se présentent comme des milieux atmosphériques, des paysages mentaux. Pensées en termes d’ensembles, elles sont constituées de bribes, qui, assemblées, réactivées, deviennent autant d’embrayeurs narratifs. 

Mobilisant une grammaire de cinéma, un vocabulaire du cliché, de la vignette ou du cartoon, elle construit des entre-deux mondes à la fois inquiétants et familiers, par le biais d’images intuitivement reconnaissables, dont elle joue à laisser apparaître les conditions de fabrication. 

 

Convoquant des souvenirs et observations tenant autant du personnel que de l’imaginaire collectif, elle aborde par détour les thèmes du groupe, de la perte et de la nostalgie. Puisant dans un vocabulaire formel minimal, elle s’inscrit dans un réseau plus large de références allant de Jacques Tati à Pierre Ardouvin, d’Ann Veronica Jensen à Philippe Quesne. 

 

Elle a développé son expérience professionnelle auprès de metteurs en scène, chorégraphes et artistes comme Jean-Christophe Maillot, Macha Makeieff, Mathilde Monnier, Yvan Argotte ou Camille Henrot. Son travail a fait l’objet d’ expositions personnelles à la Galerie Espace à Vendre à Nice, ainsi qu’au 116, centre d’art contemporain de Montreuil. Dans le cadre du festival Ovni, elle s’est vu confier la grande halle des anciens abattoirs de Nice où elle y a déployé son travail. 

Diffusé pour l’inauguration du cinéma Georges Méliès à Montreuil, pour la Nuit Blanche à Paris ou encore à la Villa Arson, son travail vidéographique a été sélectionné dans divers festivals en France et à l’international. 

lire aussi