Discussion avec N'Goné Fall

Cycle "Les arts en Afrique et dans ses diasporas"

Jeudi 18 avril 2019, à 19h30

Auditorium - Cité internationale des arts
partenaires

Séminaire organisé par Christine Douxami, maître de conférences à l’Université de Besançon (IMAF), Sarah Fila-Bakabadio, maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise (MONDA-CENA) et Dominique Malaquais, chargée de recherche au CNRS (IMAF).

Carlo Celius, chargé de recherche au CNRS (IMAF), Anne Doquet, chargée de recherche à l’IRD (IMAF) et Éric Jolly, chargé de recherche au CNRS (IMAF) participent à l’animation du séminaire.

 

 

Crédits photo : Sans titre (portrait de Bienvenu Nanga, Mega Mingiedi et Eléonore Hellio, Kinshasa 2013) © Sean Hart 

« Rencontre avec N'Goné Fall - Critical Voices »

 

Diplômée de l’École Spéciale d’Architecture à Paris, N’Goné Fall est une commissaire d’expositions sénégalaise, essayiste et consultante en ingénierie culturelle.

Critique d’art, elle a été la directrice de la rédaction du magazine d’art contemporain africain « Revue Noire » de 1994 à 2001. Elle a dirigé des ouvrages sur les arts visuels contemporains en Afrique et a également conçu des expositions en Afrique, en Europe et aux États-Unis.

N’Goné Fall a été professeure associée à l’université Senghor d’Alexandrie en Égypte, au département des industries culturelles, de 2007 à 2011. En sa qualité de consultante en ingénierie culturelle, elle est l’auteur de plans stratégiques, de programmes d’orientation et de rapports d’évaluation pour des institutions culturelles sénégalaises mais également à l’international. Elle est également cofondatrice du collectif Gaw-Lab de Dakar, une plateforme de recherche et de production dans les nouveaux médias et les arts visuels.

N’Goné Fall est Commissaire générale de la Saison Africa 2020.

 

----------

 

Ce séminaire propose de réfléchir aux rôles moteurs des formes, des pratiques et des savoirs artistiques dans l’élaboration et dans la circulation de structures, mouvements, idéologies et imaginaires politiques sur le continent africain et dans ses diasporas. Nos travaux porteront sur les arts visuels et performatifs au sens large du terme (danse, théâtre, arts plastiques, photographie, cinéma, musique, littérature, arts numériques…) et s’inscriront dans une démarche à la fois critique et transdisciplinaire. Anthropologie, histoire, histoire de l’art, sciences politiques, cultures visuelle et matérielle, études coloniales, postcoloniales, décoloniales et diasporiques de l’Afrique… se côtoieront et se questionneront mutuellement. Les séances s’articuleront autour de présentations de chercheurs et/ou de praticiens – artistes, acteurs culturels, activistes. Divers et reflétant une large palette de points de vue, les travaux et les approches présentés auront en commun de prendre acte du fait que travailler (sur) les intersections entre art et politique suppose un engagement au fondement duquel la réflexion et la théorisation sont de mise.

 

Thématique du cycle 2018-2019 : Afriques futures 
Futur ou, mieux, futurs. Futurs de villes, d’écologies, de constructions des genres ; futurs des techniques et des sciences ; de la violence – politique, économique, sociale ; de l’espoir ; des notions mêmes de futur… Penser, dire, donner corps à ces futurs et à d’autres, connexes, depuis les Afriques : telles sont les tâches que se fixent à travers leurs pratiques et leur réflexions les plasticien.ne.s, cinéastes, performeur.e.s et écrivain.e.s, les philosophes et chercheur.e.s, les commissaires et activistes culturel.le.s qui interviendront dans le séminaire en 2018-2019. Engagées, indociles, voire radicales, les propositions qu’elles.ils développent mettent à mal aprioris et doxas.

informations pratiques

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

lire aussi