installation

Debora Bolzoni

ARTS VISUELS
INSTALLATION

 

Debora Bolzoni est une artiste plasticienne qui pratique le dessin, l'écriture, la réalisation d'installations, de pièces insitu, de sculptures et d'objets.  

Dans un jeu d'enfant connu sous le nom de "Statues (1, 2, 3 soleil)", les joueurs doivent s'arrêter dans leur position et essayer, en même temps, d'avancer jusqu' à ce qu'ils atteignent la cible. La plupart du temps, Debora Bolzoni considère son œuvre comme une scène interrompue où les objets, les matériaux, les concepts et les mots se comportent comme des corps en mouvement qui ont été surpris avant d'arriver à leur place ou avant d'atteindre l'endroit où ils se dirigeaient.

Pendant ce temps, elle peut observer l'amusement délibéré, abandonner le contrôle et les surprendre en faisant une coupure abrupte et inattendue, comme si elle recueillait un échantillon de temps pour l'étude et l'analyse.

 

Le mouvement est aussi essentiel que l'immobilité pour la pensée spatiale. La réduction de la chronologie n'est qu'une tactique pour obtenir la permanence. Une tentative d'entrevoir, dans la suspension des actes, une essence inépuisable. À maintes reprises, Debora Bolzoni tente de faire le lien entre les transformations du paysage urbain qu'elle a vécues dans son enfance dans la périphérie de Rio de Janeiro, ses processus de réflexion visuelle et ses répertoires techniques.

 

-------------------------------------------------------------

 

Debora Bolzoni is a visual artist who practices drawing, writing, making installations, site specific pieces, sculptures and objects.   

 

In a child's game known as “Statues” the players must stop in their position and try, at the same time, to advance until they reach the target. Most of the time, Debora Bolzoni thinks about her artwork as an interrupted scene where objects, materials, concepts and words behave like moving bodies which were surprised before arriving at their proper places, or before they reached the place they were headed to.

While this is happening, she can peek in deliberate amusement, relinquishing control and surprising them by making an abrupt and unexpected cut, as if she was collecting a time-sample for study and analysis.

 

Movement is as essential as stillness for spatial thought. The cut in the timeline is only a tactic for seeking permanence. An attempt to glimpse, in the suspension of the acts, some inexhaustible essence.  Many times, for instance, Debora Bolzoni attempts to relate the urban landscape transformations she experienced in her childhood in the periphery of Rio de Janeiro with her visual thinking processes and technical repertoires.