dance

Alexandre Roccoli

SPECTACLE VIVANT

DANSE

 

Depuis la pièce A Short Term Effect (2006), Alexandre Roccoli place la question de la mémoire et de ses altérations au cœur de ses préoccupations en s’interrogeant sur les processus de fiction à l’œuvre dans le travail de reconstitution mentale. Le corps y devient l’instrument d’une fouille archéologique et/ou futuriste qui navigue librement entre les imaginaires temporels.

 

Ses collaborations avec des artistes de la scène électronique ou techno font ainsi le lien entre des corps archaïques, tribaux ou rituels et leurs réactualisations contemporaines, à l’heure du techno-sapiens : le corps illusoire du théâtre (Last last avec Pantha du Prince), le corps assujetti des travailleurs (Drama per musica avec Ellen Allien) ou encore le corps astronomique et ses potentiels cybernétiques (The chronicles of possible worlds avec Jeff Mills) y incarnent autant de figures de corps-mémoires fantasmés.

 

Alexandre Roccoli mûrit le plus souvent ses projets dans le contexte de lieux de privation de liberté. Les pièces ont souvent puisé leurs matières esthétiques durant des temps d’observation et d’ateliers à l’hôpital (général et psychiatrique), en prison ou en maison de retraite. Le travail s’y réalise avec les patients bien sûr (par exemple atteints de la maladie d’Alzheimer ou autistes), mais aussi en collaboration avec les équipes soignantes : psychomotriciens, psychiatres, éducateurs ou infirmiers.

 

Les pièces de la compagnie ASTE ont été produites et présentées au niveau national et international, notamment par les Subsistances, la Villa Gillet, le Centre Pompidou, la Gaité Lyrique, la Scène Nationale d’Orléans, le Seconde nature festival d’Aix en Provence, le Berghain, le Radial system, Hebbel am Uffer à Berlin, le réseau A-CDC dans toute la France, le Moga-Festival, Dar Souirri, l’espace Darja ainsi que La fondation Majorelle et la fondation Dar al-Ma’mûn au Maroc et plus récemment la Galerie Nationale d’art moderne et contemporain de Rome, l’Espace des Arts de Malakoff, l’Institut du Monde Arabe, le Musée de la Porte Dorée et le Festival Instances de la Scène Nationale de Chalon sur Saône.